Bien-être, Mode, Sport

Capacité anaérobique

Lorsque nous pratiquons un sport de résistance pour exiger de hautes performances, nous devons tenir compte du fait que dans notre corps agissent deux types de résistance. D’une part, nous avons l’endurance anaérobie et, d’autre part, l’endurance aérobie. Quand on commence un sport petit à petit, on commence généralement par des séances courtes, avec des promenades pour prendre l’air ou quelque chose de peu exigeant. Mais quand on commence à s’y habituer, on finit par pratiquer un sport de haut niveau. Pour savoir comment être plus performant, nous devons savoir ce que notre la capacité anaérobie.

Dans cet article, nous allons vous expliquer ce qu’est la capacité aérobique et comment elle contribue à améliorer les performances de notre exercice.

Différence entre l’endurance aérobie et anaérobie

Améliorer la capacité anaérobique

Pour connaître la capacité anaérobie d’une personne, nous devons d’abord savoir quelle est la grande différence entre l’endurance aérobie et anaérobie. Dans les deux cas, nous faisons référence à ce que le corps fait pour obtenir de l’énergie. Notre organisme a besoin d’une résistance aérobie lorsque nous faisons des exercices d’intensité modérée ou faible, mais qui se prolongent dans le temps. Par exemple, si nous sortions et germions à un rythme doux pendant une heure, notre corps utilisait la résistance aérobique pour pouvoir tenir pendant tout ce temps.

Dans le cas présent, la principale source de nutriments dont l’organisme a besoin sont les glucides et les graisses. Les deux macronutriments sont brûlés pour obtenir de l’énergie et pour pouvoir déplacer l’oxygène dans notre organisme. Pour brûler cette énergie, il faut de l’oxygène afin que nous comprenions qu’il faut respirer plus fort.

D’autre part, nous avons la résistance anaérobie. Cette résistance est testée lorsque nous effectuons des exercices de courte durée mais de forte intensité. Cette intensité se reflète dans les battements de notre cœur. Un exercice d’une intensité suffisante pour que nous ayons recours à la résistance anaérobie peut être parfaitement entre 170 et 220 battements par minute. Dans ce type d’exercice, l’énergie dont le corps a besoin pour fonctionner correctement doit être immédiate. Les principaux traitements énergétiques dans ce cas sont le glucose et la phosphocréatine.

Le mot anaérobie signifie sans oxygène. Cette capacité dont dispose l’organisme peut être à la fois lactique et alactique. Cela signifie qu’il peut y avoir production d’acide lactique qui loge les muscles et qui est à l’origine de la fatigue et des douleurs musculaires, qui se traduisent ensuite par des courbatures.

Capacité anaérobie et ligne de partage des eaux

Exercices pour améliorer la capacité aérobique

Bien qu’il y ait une tentative continue de différencier la résistance anaérobie de la résistance d’endurance, il n’y a pas de ligne de démarcation complètement distincte. Le corps utilise généralement ces deux résistances, on peut donc dire que l’exercice est principalement aérobique ou anaérobique. On ne peut jamais dire qu’un exercice est complètement l’un ou l’autre.

C’est ici que nous intervenons pour définir ce qu’est la capacité anaérobie. Cette capacité anaérobique est comme la transition entre l’endurance aérobie et anaérobie. Il arrive un moment dans cette transition où nous nous trouvons avec un seuil aérobique. C’est à partir de là que notre corps va générer de l’acide lactique et commencer à augmenter jusqu’à ce que nous atteignions un point de basculement où la concentration sanguine de cet acide lactique va monter en flèche. C’est là que nous aurons tous les seuil anaérobie.

Plus nous avons la capacité d’allonger ce seuil anaérobie, plus nous aurons de capacité anaérobie. En d’autres termes, nous pouvons faire des exercices d’intensité plus élevée pendant un peu plus longtemps. Ce temps ne sera jamais assez long pour que les principaux substrats énergétiques de l’endurance, tels que les glucides et les graisses, soient utilisés. Même si nous avons un seuil anaérobique assez important, les substrats énergétiques utilisés seront toujours le glucose et la phosphocréatine.

Voici un exemple pour mieux comprendre ce qu’est la capacité anaérobique. Il existe plusieurs disciplines populaires telles que la course à pied, la marche, le vélo et la natation. Ces exercices sont essentiellement aérobies. Cependant, lorsque nous pratiquons certains exercices en salle, comme l’haltérophilie, nous effectuons des exercices avec une capacité anaérobique. Lorsque nous nous entraînons avec un poids suffisant pour une intensité élevée, nous atteignons ce que l’on appelle la défaillance musculaire. C’est le moment où nos muscles ne peuvent pas surmonter la résistance que nous leur offrons. Plus nous avons de force et de capacité anaérobique, plus nous pouvons faire de répétitions avec une charge plus élevée sans atteindre la défaillance musculaire.

Comment former la capacité anaérobique

Faire des sprints

Lorsque nous essayons d’augmenter notre capacité anaérobie et que nous sommes débutants, il est préférable de commencer par des exercices d’aérobie. De cette façon, nous gagnerons beaucoup en endurance au début. Bien que la relation entre la capacité aérobique et anaérobique n’est pas entièrement liéD’un point de vue strictement métabolique, il est clair que si nous avons une bonne capacité aérobie dans notre organisme, nous aurons une plus grande disposition des nutriments en réserve.

C’est ainsi que nous obtenons une simple séance de marche pour nous aider à améliorer l’endurance anaérobie dès le départ. Nous pouvons commencer par un échauffement d’environ 10 minutes avec la mobilité des articulations et une série de 150 mètres à vitesse maximale. Nous avons laissé passer environ 7 minutes pour pouvoir faire une autre série de 150 mètres avec la même intensité que la précédente. Pendant ces 7 minutes de repos, nous pouvons faire du jogging ou de la marche.

Répéter cette routine plusieurs fois est assez efficace et nous la répétons une fois par semaine. Au fil du temps, nous verrons que nous pouvons introduire davantage de répétitions d’intervalles dans lesquels nous courons à la vitesse maximale et nous aurons besoin de moins en moins de temps de récupération. Notre corps devient de plus en plus efficace et est capable de corriger et de compenser les déséquilibres musculaires qui peuvent apparaître. De plus, il est capable de maintenir le parallélisme et d’augmenter le fil de l’entraînement aérobie que nous remarquerons de plus en plus.

Nous pouvons également améliorer notre capacité anaérobique grâce à une série de rots d’une minute et demie et de déviations d’une minute et demie. Cela est considéré comme un exercice de haute intensité et sert également à améliorer l’endurance aérobique.

J’espère qu’avec ces informations, vous pourrez en apprendre davantage sur la capacité aérobique.

Vous pourriez également aimer...